Français  |   English  

Accueil du site > Séminaire > SUD-SUD (2014-2015) : Circulation et traçabilité des faits et savoirs (...) > 21 mai : Dominique Malaquais - L’archive des festivals panafricains

21 mai : Dominique Malaquais - L’archive des festivals panafricains

par Olivier Marcel

Dominique Malaquais est chercheuse à l’Institut des Mondes Africains (IMAf / CNRS). Elle a enseigné quinze ans aux Etats-Unis (Columbia, Princeton, Sarah Lawrence College). Elle est l’auteur d’un livre intitulé "Architecture, pouvoir et dissidence au Cameroun" (Karthala, 2002) et de nombreux articles sur l’art, l’architecture, la ville et la globalisation en Afrique, replacés dans un contexte historique de longue durée et abordés en termes des liens qu’ils entretiennent avec la violence politique et économique. Membre du comité de rédaction des revues Politique africaine et Chimurenga, elle co-dirige actuellement le projet "Archive des festivals panafricains" avec le soutien de la Fondation de France.

 

L’archive des festivals panafricains

Cette intervention a pour but de présenter une archive actuellement en construction : la PANAFEST Archive. Née d’échanges entre des chercheurs issus de plusieurs disciplines (anthropologie, histoire, histoire de l’art, sciences politiques), l’archive a pour focale quatre festivals panafricains d’art et de culture qui se sont tenus sur le continent dans les années 1960 et 70. Il s’agit du Premier festival mondial des arts nègres (Dakar 1966), du Premier festival culturel panafricain (Alger 1969), du festival Zaïre 74 (Kinshasa 1974) et du Deuxième festival mondial des arts nègres, ou FESTAC (Lagos 1977). PANAFEST a pour double objectif de développer une archive en ligne permettant de croiser les regards sur les quatre festivals et, sur la base de cette archive, de développer colloques, expositions et publications explorant le rôle fondateur de ce quatuor de festivals. Il s’agit, à la connaissance de l’équipe PANAFEST, de la première tentative de penser ensemble les festivals de Dakar, Alger, Kinshasa et Lagos, les mettant en lien les uns avec les autres afin de comprendre et d’évaluer tout à la fois l’originalité, les réussites, les apories et les héritages d’un vaste projet culturel et politique panafricain né de la période des Indépendances.

 

 13h30, Salle de l’Institut d’Histoire moderne et contemporaine (Escalier D, 3e étage, au fond à gauche) École Normale Supérieure, 45 rue d’Ulm

 

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0